Histoire

Anton Schmaus et sa passion du détail

Un vrai papa gâteau.

«Titta», s’exclame Matilda en apercevant un chat. Cela signifie «regarde!» en suédois. A 19 mois, son vocabulaire est encore très limité, mais en plus de l’allemand elle apprend aussi le suédois, la langue maternelle de sa mère Anna. «Titta» répète-t-elle. Matilda est une vraie petite cheffe à l’aire de jeu, tout comme son père en cuisine: il faut croire qu’elle a de qui tenir.

«Matilda a un caractère bien trempé», explique fièrement Anton Schmaus, «mais en tant que parents nous avons évidemment le dernier mot», ajoute-t-il en souriant. Anton, Anna et Matilda Schmaus forment une équipe soudée. Ils gèrent leur vie de famille exigeante avec le soutien de Johanna, leur fille au pair, tout en exerçant leur activité dans le secteur de la haute gastronomie.

Anton Schmaus est un globe-trotter. Cuisinier attitré de la Mannschaft, il gère trois restaurants gastronomiques. Sa femme Anna, elle aussi, se donne corps et âme pour le restaurant. Question de coordination et d’organisation: «C’est beaucoup de travail, mais on se débrouille bien», affirme Anton Schmaus. Très éveillée, la petite Matilda passe généralement la matinée avec sa mère. Pendant le coup de feu au restaurant le midi et le soir, c’est Johanna, fille au pair, qui s’occupe d’elle. Cela permet aux parents de Matilda de passer suffisamment de temps avec elle tout en gérant plus facilement leur activité.

Bref, la famille Schmaus a les choses en main et parvient à tout concilier. Mais tout cela n’est-il pas fatigant par moments? «Si, bien sûr. Il faut une bonne dose de patience, un certain sens de l’organisation et pas mal d’énergie», explique Anton Schmaus. Justement, d’où tire-t-il toute cette énergie? Inutile de lui demander. Il suffit de voir la fierté dans son regard quand il observe sa fille. Matilda est tout pour lui.

Si le calme et la patience sont de rigueur quand il s’agit de jouer les perfectionnistes en cuisine, c’est tout le contraire avec la petite Matilda. Pour lui, ces moments sont sacrés: «Quand je suis avec elle, j’oublie tout le reste. Ces moments privilégiés sont importants pour Matilda et notre famille. Je m’y consacre pleinement, ce qui me permet aussi de déconnecter complètement.» C’est aussi là qu’il puise son énergie pour son activité de chef étoilé. Le monde des enfants, qui n’exige pas la perfection mais simplement de vivre le moment présent, lui donne la force et l’énergie nécessaires.

De l’énergie, sa fille Matilda n’en manque pas. Malgré ses 19 mois, elle n’est jamais fatiguée de jouer avec son papa. Suivra-t-elle les traces de son père? «Elle est plutôt tournée vers les animaux», affirme Anton Schmaus. «Titta»: le chat est de retour. Matilda a des étoiles plein les yeux, son papa aussi. Qu’y a-t-il de plus beau et enrichissant que le bonheur d’un enfant? Et Anton Schmaus d’ajouter: «Elle m’apporte mon énergie et mon calme intérieur».

Mais le calme est de courte durée: «Mecka», lance la petite Matilda. Encore un mot suédois? Non, une invention de Matilda, qui signifie «manger»! La présence de papa est requise, au même titre que ses talents culinaires. Peut-être un «gröt» serait-il au goût de Matilda? Et comment: le porridge est une valeur sûre.

À la série

Plus d’impressions dans la vidéo

Ce site Web utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure utilisation possible de notre site. privacy statement

You are using an outdated browser. Please update your browser to view this website correctly: https://browsehappy.com/