Histoire

Jan Hartwig et sa passion du détail

Dépasser les limites. Aller au-delà de soi-même.

En cuisine, c’est lui le patron. Il supervise tout et est responsable du bon déroulement des opérations, mais à la salle de sport, Jan Hartwig est aux ordres de son coach personnel Ulrich Barth. Malgré des profils très différents, les deux hommes sont animés par la même passion du détail.

La rencontre de deux univers: la haute cuisine et le coaching sportif professionnel ne sont pas loin l’un de l’autre au Bayerischer Hof. «C’est tout simplement génial. Je m’entraîne sur mon lieu de travail», s’exclame Jan Hartwig. Lorsqu’on lui demande s’il arrive tout de même à s’évader de son quotidien, le chef étoilé ne peut s’empêcher de sourire. «Au bout d’une minute d’entraînement à peine, j’ai déjà complètement déconnecté, c’est impossible autrement.» Son coach Uli ne le ménage pas, et même s’il ne se définit pas comme un grand sportif, il trouve que l’entraînement lui fait un bien fou. Il lui permet de puiser de nouvelles forces et de faire le plein d’énergie, indispensable lorsqu’on exerce une activité aussi créative et éprouvante.

Même s’il le pousse jusqu’à l’épuisement à chaque séance, Jan Hartwig ne tarit pas d’éloges sur son entraîneur: «Uli est très impliqué. Il a passé à la loupe ma condition physique et le déroulement de ma journée pour me concocter le programme d’entraînement parfait.» Tandis que Jan Hartwig veille au moindre détail lors de la préparation de ses plats pour donner naissance à des merveilles culinaires, son coach personnel, lui, a étudié tous les mouvements exécutés par un grand chef en cuisine.

Uli Barth a ainsi observé Jan Hartwig au travail pendant toute une journée. Quels mouvements fait-il le plus souvent? Quelles positions adopte-t-il? Deux choses ont retenu l’attention d’Uli Barth, qui est aussi le coach personnel de l’établissement: «On est souvent penché en avant quand on cuisine, et les mouvements alternent entre la station debout et la marche.» Ce professionnel en a vite tiré une conclusion claire: l’entraînement doit être centré sur le renforcement musculaire du tronc et des lombaires.

Uli Barth privilégie un entraînement complet permettant de gagner en force, en endurance et en coordination. Une stratégie qui a déjà porté ses fruits. Jan Hartwig n’est pas peu fier de ses premiers progrès: depuis un an, il s’entraîne deux fois par semaine avec son coach personnel. Résultat: il a perdu dix kilos, pris du muscle et amélioré son endurance. «J’ai pu récemment mesurer à quel point l’entraînement m’a été bénéfique: une panne d’ascenseur m’a en effet obligé à monter six étages à pied. Avant, je serais arrivé en haut complètement essoufflé», sourit Jan Hartwig.

En cuisine comme à la salle de sport, le dur labeur est toujours récompensé: quand on veut atteindre un objectif, il faut y mettre du cœur et faire preuve d’une certaine discipline. Même lorsqu’on se dit, pendant l’entraînement, qu’on ferait bien une pause et qu’on a l’impression d’être à bout de force, la sensation après l’effort n’en est que plus gratifiante. «Il faut s’accrocher pour obtenir de bons résultats », explique Jan Hartwig.

Pendant l’entraînement, il ne pense à rien d’autre, et il trouve cela très agréable, il s’aère complètement la tête. «Uli me pousse dans mes derniers retranchements, mais c’est très bien ainsi. Il y met tant de passion, il m’analyse, moi et mes mouvements, avec précision. A l’entraînement comme en cuisine, il est absolument crucial d’exécuter les choses à la perfection. Uli y attache une attention toute particulière et je trouve ça vraiment bien», explique le chef étoilé plein d’enthousiasme.

Une attitude qui réjouit bien sûr son entraîneur. Une énorme énergie relie d’ailleurs les deux hommes. Bien que leurs quotidiens soient très différents, tous deux font preuve d’une ambition et d’une passion équivalentes dans leurs activités respectives. C’est la passion du détail qui a mené l’un comme l’autre au sommet de leurs arts. Tout le monde veut manger chez Jan Hartwig, et tout le monde veut être entraîné par Uli Barth. Le Bayerischer Hof réunit l’un et l’autre sous son toit pour le plus grand bonheur de ses clients. Jan Hartwig s’y sent comme chez lui, il y puise sa force et la transforme en créativité dans sa cuisine: «Je fais en sorte de m’épanouir pleinement à l’endroit où j’ai pris racine. Que ce soit en cuisine ou à la salle de sport, je mets toujours toute ma passion au service de la perfection du résultat.»

À la série

Plus d’impressions dans la vidéo

Ce site Web utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure utilisation possible de notre site. privacy statement

You are using an outdated browser. Please update your browser to view this website correctly: https://browsehappy.com/