Histoire

L’Haldihof, ou le bio sans concession

Une visite s’impose.

Avant que Bruno Muff nous ouvre les portes de sa ferme et nous livre sa vision de l’agriculture bio, nous profitons du panorama entourés de plusieurs générations d’arbres fruitiers à haute tige, tout en sirotant un apéritif pétillant à base de gin de coing issu de la production durable de l’Haldihof. Un peu plus tard, la découverte des secrets de fabrication des distillats élaborés avec soin et passion mettra tous nos sens en éveil. Et nous laissera un souvenir durable.

Durable: ici, ce mot prend tout son sens. Il résonne dans la bouche de Bruno Muff alors que commence notre voyage dans un univers qui, à ses yeux, signifie bien plus que le renoncement aux engrais chimiques. Pour lui, il s’agit plutôt d’un mode de vie à part entière, d’une profession de foi, d’une attitude vis-à-vis de nos habitudes de consommation et de notre planète. Sa vision du bio est complexe. Elle gravite essentiellement autour du soin, du respect et de la nature dans son ensemble. Quant aux principes écologiques, ils coulent de source. Pour cet agriculteur bio passionné, attirer l’attention des visiteurs sur les effets importants de l’agriculture bio et leur présenter la production bio durable sous un nouveau jour est une véritable vocation.

En général, le grand public assimile l’agriculture bio à la production agricole dépourvue d’additifs chimiques. «Mais le bio ne se résume pas à cela, loin de là. C’est nettement plus complexe, exigeant et varié», affirme Bruno Muff. Il tient à aborder la question sous un angle neuf auprès de ses visiteurs: «Ce travail de vulgarisation est essentiel, car il peut influer sur notre mode de consommation. Ceux qui comprennent les tenants et les aboutissants du bio sont prêts à payer un peu plus pour un produit de qualité.»

Pour être certifié bio, il faut surmonter beaucoup d’obstacles et remplir de nombreuses conditions. La ferme fait l’objet d’un contrôle et d’une inspection quatre à cinq fois par an. Et Bruno Muff d’expliquer: «Ici, les engrais chimiques, pesticides et fongicides n’ont pas droit de cité. L’achat de fourrage à l’étranger est limité et nous renonçons aux produits chimiques de synthèse.» Les animaux et la nature sont traités de la même manière: nous leur donnons uniquement ce qui leur fait du bien. Le calme et la tranquillité en font partie: 25% de la surface agricole sont ainsi laissés à l’état sauvage. Il faut savoir donner et recevoir: «La nature nous offre la biodiversité en retour», explique Bruno Muff. Cela permet de créer un espace vital pour les insectes qui, à leur tour, nous aident à lutter contre les parasites. Ce type d’agriculture est plus coûteux mais permet d’obtenir des matières premières de grande qualité. Et, au bout du compte, des produits finis d’excellente facture.

Savons aux différentes senteurs, distillats raffinés, vinaigres aromatiques, fruits secs délicats: la gamme de produits variée de l’Haldihof rencontre un franc succès. Aujourd’hui, nous nous intéressons tout particulièrement aux différentes variétés de gin que Bruno Muff distille avec amour. La connaissance des plantes est un art que cet ancien botaniste maîtrise à la perfection. Chaque gin doit sa saveur incomparable à un dosage subtil qui met en émoi nos sens visuel, olfactif et gustatif. A chaque gorgée, une multitude de parfums, d’images et d’histoires se bousculent dans notre bouche et dans notre tête. Bref, la qualité est au rendez-vous.

A l’image du contenu, le contenant est le fruit d’une mûre réflexion. L’emballage est soigné jusque dans les moindres détails de l’étiquette: «L’identité d’entreprise et la commercialisation judicieuse sont tout aussi importantes que la culture des plantes et l’élaboration des produits.» Une telle maîtrise force l’admiration: Bruno Muff sait parfaitement comment conjuguer développement durable et rentabilité. Une meilleure pratique en quelque sorte.

Mais son sens du marketing et des affaires n’est pas tombé du ciel. Bruno Muff cache bien son jeu: le propriétaire de la ferme est un vrai surdoué au profil complexe pétri de talents. Son parcours est là pour en témoigner. Après ses études de planificateur paysager, il décide de fonder avec son frère sa propre entreprise spécialisée dans la numérisation d’informations géographiques, il y a plus de 20 ans. Ensemble, ils employaient alors 60 collaborateurs. L’invention du géomarketing et la programmation des premiers moteurs de recherche géographiques sur Internet leur valent un succès colossal. Et pour cause: s’ils sont courants aujourd’hui, ces procédés étaient révolutionnaires à l’époque. A tel point que Google leur fait les yeux doux. Finalement, leurs avancées seront utilisées pour perfectionner Google Maps et Google Earth. Quant à Bruno Muff et son frère, ils décident de prendre une autre voie et de céder leur entreprise au géant d’Internet. De l’avis de Bruno Muff et de son épouse, ce fut «la meilleure décision de leur vie».

Depuis, la famille Muff coule des jours heureux à l’Haldihof. Un lieu où l’esprit d’entreprise et la démarche résolument bio se mêlent harmonieusement pour accoucher d’un résultat exceptionnel. Nous terminons notre visite par une dégustation de gâteaux fraîchement cuits et un nouvel apéritif au café de la ferme. Notre mine aussi réjouie que celle des alpagas qui broutent paisiblement sous nos yeux en dit long sur notre bonheur de vivre ce moment privilégié, alors que les derniers rayons du soleil saluent la fin de l’été sur les hauteurs de Weggis. Repus et comblés, nous prenons congé de notre hôte les bras chargés de gin, de savon et de vinaigre, et le remercions pour ses précieux enseignements sur l’agriculture bio durable couronnée de succès.

Ce site Web utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure utilisation possible de notre site. privacy statement

You are using an outdated browser. Please update your browser to view this website correctly: https://browsehappy.com/