A préparer et à emporter


Le phénomène du «Meal Prep», qui consiste à préparer ses repas à l’avance, fait fureur auprès des employés de bureau. Il suffit d’emporter une salade de quinoa, des légumes cuits ou tout autre plat dans une boîte à repas ou un bocal, puis de les réchauffer sur son lieu de travail. Si l’objectif initial consiste à se restaurer à moindre coût et à gagner du temps pendant la pause de midi, le «Mealprepping» moderne met souvent l’accent sur la traçabilité des aliments en faveur d’une alimentation saine. Par ailleurs, certaines personnes emmènent aussi leur propre nourriture au bureau tout simplement parce qu’elles suivent un régime. Claudia Schilling a consacré un livre à la question, intitulé «Hin und weg» (publié chez AT Verlag). Cet ouvrage est une ode à la boîte à repas, que ce soit en déplacement ou pour pique-niquer. Pour autant, l’auteur prend ses distances avec les gourous du «Meal Prep», qui planifient les repas pour des semaines entières: «En ce qui me concerne, je suis incapable de prévoir le menu d’une semaine complète. En revanche, on peut très bien anticiper au jour le jour, en cuisinant un peu plus la veille au soir.» Claudia prépare généralement des sauces, des pestos, des petits pains, des energy balls ou encore des barres de céréales pour la semaine à venir. Si les aliments sont cruciaux, les récipients qui les contiennent le sont tout autant. La tendance du «Meal Prep» a donné naissance à une foule de nouveaux modèles de boîtes à repas. «J’ai eu de mauvaises expériences avec les boîtes en plastique. Elles donnent souvent un goût aux aliments.» Depuis peu, il existe des modèles fabriqués à base de fibres de bambou et ne contenant pas de plastique. Mais on trouve aussi dans le commerce des boîtes à repas tout à fait classiques en inox, très robustes et compatibles lave-vaisselle. Pour les soupes, Claudia Schilling recommande l’utilisation d’une bouteille isotherme dotée d’un gros bec verseur. Conseil de lecture: «Hin und Weg», de Claudia Schilling, AT Verlag, env. CHF 39.90 Zoug,
RETOUR