Les oranges et les citrons regorgent de vitamine C. Fort bien. Mais si l’on en croit la médecine traditionnelle chinoise, la prudence est tout de même de mise. Elle considère en effet que les fruits consommés crus ont un effet plutôt rafraîchissant. Si s’alimenter sainement l’hiver revient surtout à faire le plein de vitamines dans le monde occidental, la médecine traditionnelle chinoise voit les choses sous un autre angle. Dans l’empire du Milieu, on distingue plutôt les aliments qui rafraîchissent et ceux qui réchauffent. Naturellement, chacun doit juger par ses propres moyens quelle philosophie lui convient le mieux, entre les théories scientifiques liées aux vitamines et les connaissances ancestrales sur l’effet des aliments, par exemple. En ce qui me concerne, ma modeste connaissance de la médecine traditionnelle chinoise a déjà porté ses fruits. Cela ne signifie pas que je ne mange jamais une orange crue. Mais quand j’ai besoin d’un coup de fouet, quand j’ai les pieds froids par exemple, ce qui arrive souvent, j’essaie de privilégier la philosophie de la médecine traditionnelle chinoise. Cela commence dès le réveil: un petit-déjeuner chaud permet de se réchauffer pour toute la journée. Si le temps presse, la tsampa (disponible dans les magasins Reformhaus) convient à merveille. Cet aliment de base se compose de farine d’orge du Tibet grillée. Le matin, il suffit de la mélanger avec de l’eau chaude ou du thé. On peut même y ajouter des fruits secs ou du miel, en fonction des préférences.

Autre grand classique de la médecine traditionnelle chinoise, le gingembre procure le même effet. Il peut être facilement consommé dans la journée, sous forme de thé: porter brièvement à ébullition des tranches de gingembre, laisser infuser, tamiser. C’est une vraie source d’énergie dont je ne peux plus me passer l’hiver. Désormais, cette plante est aussi cultivée en Suisse. Stephan Müller, agriculteur bio, cultive en effet des rhizomes à Steinmaur (ZH).Il cultive également du curcuma, la «racine miracle». Apparenté au gingembre, le curcuma ne présente pas un rhizome blanchâtre mais jaune; il sert d’ailleurs à jaunir le curry. Le curcuma a le vent en poupe ces dernières années, notamment via le lait d’or, la «boisson miracle». Selon la recette, la poudre de curcuma, le gingembre et le poivre sont cuits dans l’eau. Le liquide est ensuite tamisé puis fouetté avec du lait, végétal selon les envies, pour former une mousse onctueuse. On prête à cette boisson des vertus anti-inflammatoires et un effet chauffant.A défaut de curcuma, l’effet chauffant peut aussi être obtenu avec le célèbre Chaï Latte, le thé aux épices avec du lait. De nombreuses épices qui entrent dans sa préparation, comme la cannelle ou la cardamome, se voient en effet attribuer un effet chauffant dans la médecine traditionnelle chinoise. Dotées du même effet d’après la médecine traditionnelle chinoise, les graines de fenouil permettent de favoriser les produits locaux. Il suffit de les arroser d’eau bouillante, puis de laisser reposer le tout quelques minutes, et c’est prêt.

Conseil: pour commander des graines de fenouil issues de la production bio locale, rendez-vous sur www.brunnereichhof.ch.

Ce site Web utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure utilisation possible de notre site. privacy statement

You are using an outdated browser. Please update your browser to view this website correctly: https://browsehappy.com/