STORY

Making of: du dernier livre de recettes de Tanja

Par David Schnapp (texte) et Lukas Lienhard (photos)
Un an de travail, de nombreuses discussions, et plusieurs questions fondamentales: nous allons vous raconter la genèse du livre de recettes de Tanja Grandits.
Les livres de cuisine ont le vent en poupe: ceux qui promettent un repas sain en quinze minutes font par exemple un carton en ce moment. Une promesse impossible à tenir, car les bonnes choses ont en général besoin d'un peu plus de temps, comme nous allons le voir. Au moment où nous rédigeons cet article, on trouve toujours parmi les livres les plus vendus de Suisse deux titres consacrés à la cuisine, et un qui donne des conseils nutritionnels. Très prisés des lecteurs, les livres de cuisine sont également extrêmement complexes à faire.

Tanja Grandits est une auteure de livres de cuisine expérimentée qui a déjà publié cinq ouvrages à son nom aux éditions AT Verlag, et le sixième vient de paraître. Le travail a commencé près d'un an avant la publication, par des réunions bien sûr, puisque c’est par là que tout commence de nos jours. Tanja Grandits voulait créer un livre de recettes personnel, «mon livre de cuisine» comme elle le dit. Elle ne voulait pas se montrer en tant que cheffe, mais en tant que mère, maîtresse de maison et femme cuisinant pour sa fille, ses amis et pour son équipe à midi.

Le livre s’intitule donc logiquement «Tanjas Kochbuch» . Mais même le titre de l’ouvrage a fait l’objet de longues discussions pendant les fameuses réunions. Autres grandes questions: de quelle couleur devait être le cadre et la page de garde, Tanja devait-elle regarder l’objectif ou pas, quelle était la photo la mieux adaptée, etc. Et le travail sur le livre en tant que tel n’avait même pas encore commencé.

Une fois toutes les questions réglées, il était enfin temps de passer au plat principal: Tanja Grandits et le photographe zurichois Lukas Lienhard ont fixé les dates auxquelles les quelque cent recettes allaient être photographiées. Pour les quelque dix séances photos prévues, il fallait avoir les ingrédients de chaque plat au bon moment; on a donc réuni les tables dans la salle du restaurant «Stucki» au premier étage afin de pouvoir mettre en place les centaines de bols, de plaques et de plats nécessaires à chaque fois.
Tanja préparait chaque plat et chaque boisson, et Lukas les photographiait. Ce n’est qu’à partir de là, avec les photos pour modèle, que la cuisinière a commencé à écrire les recettes à la main. Hilal, l’assistante de Tanja, est ensuite intervenue pour reprendre les recettes dans un document Word. C’est du moins ce qui aurait dû se passer. Mais dans la vraie vie, il arrive qu’un événement imprévu bouleverse les planifications, que la maladie cloue l’un des protagonistes au lit, ou – moins dramatique – que la cuisinière estime, en contemplant les photos, que tel ou tel plat devrait être à nouveau photographié dans une nouvelle assiette.

De nombreuses choses peuvent aller de travers, et c’est en général ce qu’elles font tout au long de l’année. Il est même arrivé que Tanja Grandits se demande si elle devait vraiment mener ce projet à terme. «Je me suis demandé si ce livre était vraiment nécessaire, et qui il pouvait bien intéresser», se souvient la cuisinière. Mais motivation et conviction revinrent rapidement, et alors que les responsables attendaient chez l’éditeur les dernières photos, les derniers textes et les dernières recettes avec une impatience grandissante, Tanja préparait encore des nœuds à la cannelle pour une dernière photo - ils ont frôlé la tragédie peu avant leur arrivée chez le photographe lorsque l’auteur des présentes lignes (et des textes du livre) s’est par mégarde assis sur les biscuits encore chauds cachés sous un torchon.

Sachant tout cela, nous avons finalement beaucoup de chance que «Mein Kochbuch» de Tanja Grandits ait pû paraître: un livre beau, chaleureux et personnel aux recettes surprenantes.

Tanja Grandits: Tanjas Kochbuch – Vom Glück der einfachen Küche . AT Verlag, 320 pages, Fr. 39.90
RETOUR