Viande juteuse, rouge savoureux: Britta Wiegelmann, experte en vins, propose un beaujolais pour accompagner le flat iron wagyu d’Anton Schmaus.

Le beaujolais fait partie de mes vins préférés. Vous vous demandez sûrement si on a vraiment le droit de dire ça quand on est experte en vins. Absolument! Car celui auquel je pense, ce n’est pas le beaujolais nouveau dans lequel se baignent des Japonais hystériques chaque troisième jeudi de novembre (je n’invente pas; en cas de doute, jetez un coup d’œil sur YouTube), mais la version sérieuse, le beaujolais de crus tels que morgon, fleurie ou moulin-à-vent. Pourquoi ils me plaisent? Parce qu’ils allient la finesse à la concentration, la complexité à un plaisir incroyable pour les papilles, et parce qu’on trouve rarement des vins plus polyvalents pour accompagner des plats. Ainsi, un beaujolais de cru se marie à merveille avec le flat iron wagyu d’Anton Schmaus. Son acidité rayonnante tient tête au wagyu copieux. Et parce qu’il est pauvre en tanins, il s’accorde très bien aussi avec la sauce ravigote à base d’herbes, de vinaigre, d’échalotes et de câpres qui est servie avec la viande. Une excellente combinaison.

Ce site Web utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure utilisation possible de notre site. privacy statement

You are using an outdated browser. Please update your browser to view this website correctly: https://browsehappy.com/